DESCRIPTIF DE LA MALADIE

Agent infectieux

Virus de la famille des Flaviviridés, genre Pestivirus. Etroite parenté antigénique et génomique avec le virus de la maladie de Border des ovins (virus BD) et le virus de la peste porcine classique (virus PPC).

 

Signes cliniques

Il s'agit d'une maladie infectieuse virale bovine parmi les plus importantes et répandues, dont la maladie des muqueuses est la forme mortelle.
Ses conséquences sont limitées sur un bovin adulte non gestant (infectés transitoires qui ne sont plus contagieux au bout de quelques jours à semaines), mais elle entraîne des complications pour les femelles gestantes (avortements, malformations, création d'un veau I.P.I.) et pour les jeunes animaux (pathologies néonatales, diarrhées, ...).

En matière de BVD, les signes cliniques peuvent être très variés, sans être spécifiques de ce virus et passent inaperçus dans certains cas. C’est souvent l’association de plusieurs problèmes qui donne l’alerte.

Donc, vigilance vis-à-vis des problèmes sanitaires et des baisses de performance en particulier au niveau de la reproduction !

 Quand suspecter la BVD

 

Pour les animaux généralement âgés de moins de deux ans, il est typique d'être confronté à la maladie des muqueuses (animaux I.P.I : Infectés Permanents Immunotolérants ayant été contaminés pendant la gestation, entre 40 et 125 jours : ces animaux sont porteurs-excréteurs du virus à vie), caractérisée par une hyperthermie, des ulcères buccaux, une diarrhée aiguë, un amaigrissement très rapide et une mortalité en quelques jours.

 

Contamination et virulence

La contamination peut être horizontale c’est à dire entre animaux, via les muqueuses ou les fèces. Dans ce cas, le virus peut se transmettre d’un animal infecté vers un animal sain par simple contact notamment de mufle à mufle. La contamination peut être également verticale de la mère au veau pendant la gestation (voir le schéma ci-dessous « Les conséquences d’une contamination à différents stades de gestation »).

Les animaux infectés peuvent être transitoires ou permanents (I.P.I. : Infectés Permanents Immunotolérants – voir définition ci -dessous). Dans le premier cas, l’animal parvient à éliminer le virus au bout de quelques jours et il est ensuite immunisé. Le virus peut être transmis à d’autres animaux au cours de cette période. Dans le second cas, l’animal n’élimine jamais le virus et peut le transmettre tout au long de sa vie.

Le virus est particulièrement dangereux pour les femelles gestantes : suivant le stade de gestation au moment de la contamination, il peut y avoir (voir graphe ci-dessous) :

      • Mortalité embryonnaire : provoque ainsi des retours en châleur décalés.
      • Veaux I.P.I - Infectés Permanents Immunotolérants : Les I.P.I. proviennent de vaches sensibles non immunisées qui sont contaminées par le virus BVD au cours de leur gestation (entre 40 et 125 jours de gestation). Ces animaux, infectés durant la gestation et qui présenteront des retards de croissance, excréteront le virus toute leur vie de leur naissance et jusqu’à leur mort. Ces animaux sont viropositifs (positifs à la recherche de virus) et Ils ne fabriqueront jamais d’anticorps (séronégatifs : négatifs à la recherche d’anticorps). Considérés comme des « Bombes à virus », ils disséminent en permanence le virus dans l’élevage et dans l'environnement tout au long de leur vie et contaminent de nouveaux animaux (infections transitoires pouvant atteindre tous les animaux ou franchir la barrière placentaire pour créer un nouvel I.P.I.).
      • Les I.P.I. peuvent être normaux et passer ainsi inaperçus ou présenter des signes cliniques variés : retard de croissance, affections néo-natales graves, présenter des problèmes d'infécondité,ect... Les animaux I.P.I. ont également une forte tendance à développer la maladie des muqueuses (entérite hémorragique aiguë entraînant une mort rapide) et meurent généralement avant l’âge de 2 à 3 ans. C’est pourquoi il est très rare de trouver des animaux I.P.I. adultes.
      • Avortements : Le virus BVD les provoque à un stade précoce généralement toutefois il peuvent survenir à n'importe quel stade de la gestation.
      • Malformations du veau : par exemple, veaux naissant aveugles ou avec des petits yeux, veaux naissant avec des troubles de l’équilibre, veaux naissant sans poils ou avec des poils trop courts ou trop longs, veaux naissant avec une mâchoire inférieure raccourcie...
      • Veaux sains séropositifs

bvd et conséquences

Le virus pénètre dans un cheptel suite à un contact direct (un animal) ou indirect (matériel) d’au moins un des bovins de votre cheptel avec un porteur transitoire ou permanent (I.P.I) du virus. Il diffuse ensuite d’un animal à un autre par simple contact ou léchage et peut circuler dans les différents lots du cheptel pendant plusieurs mois. C’est au cours de cette phase de circulation virale que l’atteinte d’animaux sains, séronégatifs (sans anticorps et donc non immunisés) peut engendrer des troubles cliniques graves.

 

Impacts de la maladie

Plus de 70% des cheptels français auraient été en contact au moins une fois avec le virus BVD.

La BVD/MD ou maladie des muqueuses peut parfois être très discrète ou peut s’accompagner de signes cliniques graves sur l’ensemble du troupeau. Une manifestation discrète peut retarder sa mise en évidence au sein d’un troupeau et la mise en place d’un plan d’assainissement.

Les symptômes les plus fréquents au sein des élevages touchés sont les suivants :

Problèmes de reproduction (liés à de la mortalité embryonnaire ou des avortements à tous les stades de gestation : vaches vides, qui décalent…).
Pathologies néo-natales importantes (veaux) et résistantes aux traitements habituels (malformations congénitales, mortalité néo-natale, veaux chétifs ou peu vifs, retards de croissance, épidémie de diarrhées néonatales, aggravation des diarrhées et pathologies respiratoires).
Chute possible de production laitière. L’effet de l’infection de troupeaux laitiers sur la production laitière par vache a été estimé dans les cheptels bretons à 0,3 à 0,6 kg de lait par jour selon le stade d’infection du troupeau. Cet effet est prolongé et une baisse de production de niveau comparable se maintient pendant au moins deux ans. L’effet indirect de l’infection par une sensibilité accrue aux infections intramammaires pourrait représenter une part élevée de cette baisse de production car une augmentation durable des concentrations en cellules somatiques du lait estégalement observée.
D’autre part, une augmentation du nombre de mammites cliniques et de mammites subcliniques sont rapportées dans certains cas.

Tous ces phénomènes liés au virus du BVD-MD qu’ils soient considérés mineurs ou majeurs ont donc des conséquences techniques qui aboutissent à de fortes conséquences économiques.

Il est fréquent d’observer des premiers symptômes discrets, qui n’alertent pas toujours l’éleveur (quelques vaches vides ou qui ont décalé, quelques veaux malades plus gravement que d’habitude) mais lorsqu’on retrace l’historique de la maladie dans le troupeau, on découvre souvent qu’elle est présente depuis plusieurs mois (années) sans que l’éleveur réagisse.

Il est important de savoir reconnaître le BVD-MD pour pouvoir limiter les cas cliniques qui engendrent des pertes économiques importantes.

 

Se prémunir de la maladie BVD

Afin de se protéger d'une arrivée du BVD dans le troupeau, il faut :

Maîtriser les introductions d'animaux : dépistage systématique

Il s’agit d’éviter l’entrée dans l’élevage d’un animal contagieux, c’est à dire IPI ou virémique transitoire (infecté temporaire) et ce quelque soit son âge. Il faut alors combiner l’isolement effectif du bovin introduit du reste du troupeau (quarantaine) et son résultat d’analyse favorable après l’introduction (résultat obtenu sur la prise de sang d’achat). Le bovin introduit pourra ensuite intégrer le reste du troupeau.

Utilisation systématique d’un billet de garantie conventionnelle

La BVD/MD ne fait actuellement pas partie des vices rédhibitoires, ce qui obligerait le vendeur d’un animal viropositif à le reprendre automatiquement. Pour faire reprendre un animal non négatif lors du contrôle d’introduction, il est impératif de signer un billet de garantie conventionnelle entre le vendeur et l’acheteur et de réaliser les analyses dans les délais impartis (dépis­tage virologique réalisé dans les 10 jours suivant la livraison, le vendeur étant averti dans les 30 jours après la livraison en cas de résultat positif).
Télécharger le modèle de billet de garantie conventionnelle

Achat d'un animal garanti non I.P.I. : (voir le référentiel technique national de garantied'un animal non I.P.I.) permettant de délivrer des attestations "animal non I.P.I.").
La garantie de bovin non I.P.I., délivrée par les GDS / le GDMA 36 indique que le bovin introduit n’est pas une « bombe à virus ». Cependant, elle ne garantit pas contre une infection transitoire. La garantie de bovin non IPI, n’exonère pas d’un isolement strict et d’un éventuel dépistage à l’introduction.

Prudence s'impose également lors de l’achat de femelles gestantes : Les I.P.I sont extrêmement contagieux, et il n'y a aucun moyen de connaître le statut du foetus (la vache gestante séropositive peut héberger un IPI qu'il est impossible de dépister lors de l'achat). Leurs veaux doivent donc être systématiquement isolés et testés dès la naissance. Il ne faut pas oublier de le faire si le veau naît quelques temps après.

 

Maîtriser les retours dans l’élevage d’un bovin qui se serait contaminé pendant un rassemblement d’animaux (concours, comices, estive, pension, prêt …)

Appliquer les mesures préconisées pour les introductions

 

Maîtriser les contaminations éventuelles par voisinage (absence de contacts avec les troupeaux voisins)

Eviter si possible les contacts de mufle à mufle au dessus des clôtures.

 

Possibilité de mettre en place une vaccination des femelles avant la mise à la reproduction avec un vaccin ayant une A.M.M. pour la protection foetale

(tous les vaccins ne protègent pas contre le passage trans-placentaire du virus BVD; un vaccin également réalisé au mauvais moment par rapport à la saillie ne protègera pas efficacement). Le but d’un vaccin est de préparer l’organisme à se défendre contre une infection ultérieure. Cette défense sera, chez l’animal vacciné, plus efficace car plus rapide et plus intense.

 


Des mesures complémentaires sont possibles :

Une bonne hygiène des étables, l’absence de surpeuplement, la séparation des vaches ou génisses gestantes d’avec les autres classes d’âge ou des animaux à l’engraissement sont recommandées.

 

Le saviez vous ?
La contamination de voisinage est le risque majeur d'introduction en allaitant. Selon une étude du GDS 18, relatée dans La Semaine Vétérinaire 'n°1252 du 13/01/07, p:34), "le dépistage à l'introduction est insuffisant à la mise en oeuvre d'une politique de maîtrise collective" ; en élevage allaitant, les reproductrices sont au stade de gestation le plus favorable à la fabrication d'un I.P.I quand le risque de contamination de voisinage est maximal. Pour y remédier, il faut repérer les I.P.I avant la mise à l'herbe , ou mettre en place des doubles clôtures...

 

Les analyses du laboratoire

Il existe deux types d'analyses de laboratoire utilisés en élevage pour mettre en évidence le virus du BVD-MD :

    • Virologie (antigénémie ou PCR) : c’est la recherche du virus BVD. Elle peut être réalisée sur un prélèvement de sang ou d'organes ou aussi sur un prélèvement de lait pour la PCR .
    • Sérologie : c’est la recherche des anticorps élaborés par le bovin suite à l’infection par le virus. Elle peut être réalisée sur un prélèvement de sang ou de lait.

 

En savoir plus

Office vétérinaire fédéral Suisse :

Description du plan mis en place en Suisse contre cette maladie

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Article AP_2011_10_28.pdf)Article AP_2011_10_28.pdf[Article Aurore Paysanne – « Si c’était la BVD ? »]1105 Ko
Télécharger ce fichier (Billet.pdf)Billet.pdf[Billet de garantie conventionnelle]96 Ko
Télécharger ce fichier (BVD.pdf)BVD.pdf[Fiche descriptive de la maladie]99 Ko
Télécharger ce fichier (la Circulation BVD et Vous.pdf)la Circulation BVD et Vous.pdf[Circulation du virus : démarche à suivre]25 Ko
Télécharger ce fichier (Référentiel National Non I.P.I.pdf)Référentiel National Non I.P.I.pdf[REFERENTIEL NATIONAL TECHNIQUE DE GARANTIE NON I.P.I]34 Ko

Agenda

Septembre 2018
L Ma Me J V S D
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
Sommet de l'Elevage - Cournon
Du mercredi 03 octobre 2018 au vendredi 05 octobre 2018
Toute la journée

Ferme Expo Tours
Du vendredi 16 novembre 2018 au dimanche 18 novembre 2018
Toute la journée

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.