DESCRIPTIF DE LA MALADIE

 

L’infestation des ruminants par la grande douve (Fasciola hepatica) est appelée fasciolose. Les animaux peuvent être infestés par la  douve dans les prairies avec des zones humides. La contamination des animaux se fait par ingestion des formes immatures (métacercaires) de Fasciola hepatica. Ces immatures vont s’accumuler dans les canaux biliaires du foie. La migration du parasite dans le foie va provoquer la destruction des tissus et l’apparition de cicatrices (fibrose, cholangite) qui sont un motif de saisie à l’abattoir. A la perte économique directe liée à la saisie des foies douvés, il faut  rajouter les pertes indirectes causées par le parasite. Les animaux atteints vont avoir des troubles des fonctions hépatiques. Cela entraine des retard de croissance, des problèmes de reproduction et une baisse d’immunité. La douve peut conduire à la déstructuration totale du foie.

Les animaux ne développent pas d’immunité contre la douve. Cependant, l’infestation par la douve entraine des réactions inflammatoires qui permettent l’élimination d’une partie des douves mais qui sont nocives pour les  animaux.

 

Signes cliniques

La présence du parasite pénalise la croissance, la reproduction, retarde l’engraissement des animaux et provoque une baisse d’immunité. L’infestation par la grande douve peut réduire la résistance aux infections bactériennes et virales ainsi que l’efficacité des vaccinations. La qualité du colostrum peut être altérée chez des vaches infestées par la douve (incidence possible sur les maladies néonatales).

Beaucoup de foies sont saisis en abattoir. Les causes de saisies sont les abcès, les adhérences, la présence de grande douve ou de petite douve, les lésions dues au passage (récent ou pas) de la douve dans les canaux biliaires…

ATTENTION, les informations sur les saisies de foie ne remontent pas toujours à l’éleveur.

 

Mode de transmission

La douve a un cycle parasitaire qui comporte un hôte intermédiaire. Il s’agit d’un mollusque, la limnée tronquée ou petite limnée. Ce mollusque héberge le parasite pendant une phase de son développement.  La limnée vit en milieu humide. On la retrouve au bord des mares, dans les aires marécageuses, autour des abreuvoirs ou même dans les empreintes d’animaux remplies d’eau. C’est cette limnée qui libère dans le milieu les formes parasitaires immatures (métacercaires) qui vont infester les animaux. La limnée est indispensable au cycle de la douve. En l’absence de limnée, il n’y a pas de douve.

Cet hôte intermédiaire est très résistant : l’hiver, ou lors de sécheresse, la limnée s’enfouit dans le sol et remonte dès le retour de l’humidité. L’infestation a donc lieu surtout au printemps ou à l’automne, lorsqu’il y a plus de zones humides.

 

LUTTE CONTRE LA GRANDE DOUVE

 

Diagnostic

La sérologie est recommandée pour le dépistage de la grande douve. Il est nécessaire de prélever le sang de plusieurs animaux par lot (animaux ayant la même conduite de pâturage). Le nombre de prélèvements est à raisonner suivant la taille du lot. Les anticorps sont détectables dans le sang des bovins dès 15 jours après l’infestation et persistent 2 à 6 mois après disparition du parasite (après traitement efficace).

La prophylaxie annuelle peut être l’occasion de faire le point sur la situation de votre cheptel. Vous pouvez demander une analyse « sérologie grande douve » sur un ou plusieurs mélanges (en fonction du nombre de lot) prélevés à l’occasion de la prophylaxie. Parlez-en à votre vétérinaire.

La coproscopie ne permet pas de détecter tous les animaux infestés et les résultats doivent être interprétés avec prudence. En effet l’excrétion des œufs de grande douve dans les bouses est faible et aléatoire. Cependant, une mise en évidence d’œufs dans les fèces indique que l’animal est infesté.

 

Prévention

La prévention passe par l’éviction ou l’aménagement des zones humides telles que les jonçais, les rigoles et berges des ruisseaux, des mares ou des étangs.  L'observation permet de cibler les parcelles à risque et mettre en place des mesures plus "agronomiques" (drainage, parcage des zones humides dans la mesure du possible,...).

L’évolution du stade immature vers le stade adulte se fait en plusieurs semaines. En prenant en compte ce paramètre, les traitements fasciolicides utilisés peuvent être classés en deux grandes familles : les adulticides, actifs uniquement sur les douves adultes et les "larvicides + adulticides", efficace en plus sur les stades immatures.

 2 types de stratégies de traitement peuvent être adoptées par l’éleveur pour éliminer toutes les douves des animaux :

  • « adulticide + larvicide » à la rentrée en bâtiment.
  • deux  « adulticides » à huit semaines d’intervalles (un à la rentrée et un huit semaines après).

Dans tous les cas, les résultats d'analyse  et les stratégies de traitement doivent être discutés avec le vétérinaire pour élaborer la meilleure stratégie de gestion de la douve.

 

Agenda

Septembre 2018
L Ma Me J V S D
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
Sommet de l'Elevage - Cournon
Du mercredi 03 octobre 2018 au vendredi 05 octobre 2018
Toute la journée

Ferme Expo Tours
Du vendredi 16 novembre 2018 au dimanche 18 novembre 2018
Toute la journée

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.