Dans le cadre de l’interdiction de la castration à vif des porcelets à partir du 1er janvier 2022, un arrêté et une instruction technique ont été publiés le 17 novembre 2021. Ils détaillent les conditions de mise en œuvre d’une castration des porcs domestiques mâles dans les élevages, ainsi que les modalités pratiques de réalisation. 

 

Le ministre de l’Agriculture s’est engagé en 2020 à mettre fin à la castration à vif des porcelets fin 2021. Un premier arrêté a alors été signé en février 2020 pour interdire la castration à vif à partir du 1er janvier 2022 et encadrer la réalisation de la castration en obligeant la prise en charge de la douleur du porcelet.

L’arrêté du 17 novembre 2021 détaille les situations dans lesquelles une castration reste possible : à des fins thérapeutiques ou de diagnostic ; dans le cadre d’un cahier des charges pour l’obtention d’un signe d’identification de la qualité et de l’origine ; dans le cadre d’un contrat de vente ; dans le cadre d’une demande de l’acheteur (exigences de qualité, par exemple lors de ventes directes). Dans l'esprit, les contrats seront le socle de la négociation commerciale et doivent permettre de prendre en compte les coûts de production et donc les surcoûts liés à la castration.

L’instruction technique de la DGAL vient préciser les modalités de mise en œuvre de l’interdiction. Ainsi, à partir du 1er janvier 2022, s’ils optent pour la poursuite de la castration chirurgicale, les détenteurs de porcs domestiques mâles et leurs salariés devront la pratiquer selon de nouvelles modalités impliquant la prise en charge de la douleur. Pour apporter un appui technique aux éleveurs et aux vétérinaires, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a donc mis en ligne via le site Internet de l’Ifip - Institut du Porc (https://www.ifip.asso.fr/fr/centre-de-ressources-castraBEA) :

  • les protocoles d'anesthésie locale et analgésie sous forme de fiches, ayant fait l’objet d’une concertation avec les scientifiques et représentants professionnels et issu d’un consensus entre les parties prenantes,
  • les articles détaillant les études ayant servi de support à la réalisation des protocoles
  • et les textes réglementaires.

Il sera complété fin novembre par un module de formation à distance, co-construit par l’IFIP et la SNGTV à la demande de la DGAL. Une formation pratique sur site par le vétérinaire sanitaire viendra la compléter. En effet, l’anesthésie locale comme générale peuvent être envisagées. Et si l’utilisation d’anesthésiques généraux reste réservée à l’usage vétérinaire, sous conditions de formation, les éleveurs, salariés, techniciens de groupement ou référents de bien-être animal peuvent utiliser des anesthésiques locaux.

Source : DGAl

Agenda

Janvier 2022
L Ma Me J V S D
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31
37 - Guide des bonnes pratiques en hygiène en fromagerie
Du jeudi 06 janvier 2022 au mardi 01 février 2022
09:00 - 00:00
37
36 - Formation inititation à la géobiologie en élevage
Du lundi 31 janvier 2022 au mardi 01 février 2022
09:30 - 17:30

37-FORMATION PERFECTIONNEMENT EN HOMEOPATHIE
jeudi 03 février 2022
09:00 - 17:00
37
37-FORMATION SOIGNER LES APLOMBS
lundi 07 février 2022
09:00 - 17:00
37
37 - fabrication de yaourts
Du jeudi 24 février 2022 au vendredi 25 février 2022
08:00 - 17:00
37

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.